Un week-end à Toulouse – les caves

Caves :

La Houblonnière :

Clément et sa crête vous accueillent dans leur sympathique cave située à deux pas de l’Almanach dans le quartier de Saint Cyprien. La Houblonnière propose du bon boire local et quelques références éloignées sympathiques, le tout à des prix qui ne blessent pas le porte-monnaie.

On y trouve quoi en « local » ? Brasserie du Quercorb, brasserie Corrézienne, brasserie des Vignes, brasserie Joli Rouge, Oc’ale, brasserie le Grand bison

Et quoi d’autre sinon? Brasserie Bendorf, Gilbert’s, De Molen, De Ranke, et les classiques belges.

lahoublonniere

Matabière :

Bien installée dans le milieu de la bière à Toulouse, cette cave située à deux pas de la gare Sncf propose une majorité de produits français. Les indécis et les curieux pourront opter pour des coffrets composés de plusieurs bières permettant de découvrir le paysage brassicole local. Vous pourrez également participer à des ateliers de dégustation et de brassage de bière.

Gros choix de brasseries françaises: Bendorf, Sainte Cru, Vignes, Correzienne, An Alarc’h, Joli Rouge, Quercy, Oc’ale, Gilbert’s, Karland,…

Niveau choix international, du bon classique: Duvel Hop, Brooklyn, Young’s, Goose Island, Rogue, Nøgne, De Molen, Rochefort…

  • adresse : 74 rue Matabiau , 31000 Toulouse
  • site web : lamatabiere.fr

matabiere

La Voie Maltée :

Peut-être la plus mignonne de toutes les caves de cette liste. On y est très bien accueilli par un patron souriant et passionné. Son côté central, à deux pas de la place du Capitole, pourrait pousser à faire dans le simple et lister uniquement de la belge qui fait tourner la tête rapidement, mais en bon passionné le gérant propose un choix impressionnant à des prix très raisonnables.

Niveau local, vous trouverez de la Joli Rouge, de la brasserie des Vignes et du Quercorb…entre autres.

Niveau international, ça tape dans le lourd avec des bières hollandaises (Emelisse), danoises (To Øl, Mikkeller), Belges (Senne, Hopus), américaines (Rogue, Anchor, Heretic), britanniques (Celt Experience) ou encore quelques allemandes.

Gros plus, toutes les bières sont disponibles au frais et des gobelets sont mis à disposition. Combinaison parfaite pour déguster directement vos achats sur les bords de Garonne situés à même pas 3 minutes à pied.

  • adresse : 68 rue Pargaminières, 31000 Toulouse
  • site web : voiemaltee.com

 

voiemaltee

 

Hop Chope :

Autre cave à deux pas du Capitole, le Hop Chope était malheureusement fermé la dernière fois que suis passé dans le coin. La sélection de bière est à l’image des marques de whisky également disponibles à la vente : mortelle !

Au niveau des françaises, et pour les amateurs d’amertume, vous aurez la chance de trouver des bières du Front Hexagonal de Libièration (Matten, Ouroboros, Corrézienne, Pleine Lune, …) ainsi que les bières bretonnes de An Alarc’h et celles de nos amis de la brasserie des Vignes.

Le choix au niveau des bières internationales est peut-être le plus fou à Toulouse et si vous voulez faire un tour du monde de la bière artisanale c’est probablement ici que vous trouverez le plus de références. Les américaines (Anderson Valley, Rogue, Evil Twin, …) côtoient les canadiennes (Trou du Diable, Dieu du Ciel, Dunham, …) – les anglaises (Thornbridge, Buxton, …) draguent les Belges (Cantillon, De Struise (!), Senne, Van de Korenaar…) – le tout sous le regard bienveillant des belles hollandaises de chez De Molen et des danoises de chez Mikkeller.

Je suis loin d’être exhaustif sur le choix hallucinant de cette cave et en rédigeant cet article, je regrette encore plus d’avoir trouvé les grilles de ce lieu fermées lors de mon dernier passage !

  • adresse : 8 Rue Baour Lormian, 31000 Toulouse
  • site web : page Facebook

hopchope

Le Delect :

Sise dans le quartier des Minimes, à deux pas de la rue Lambig, la cave Delect est certes petite mais le choix est impressionnant. Yann vous propose un tour du monde avec une liste de bières à faire tourner la tête.

De la frenchie avec entre autres: Joli Rouge, Page 24, Thiriez, Quercorb, Monteliote, Berat, Karland, Pays Flamand, St. Rieul, Correzienne

De l’européenne: Cantillon, Guldenberg, Maredsous, XX Bitter, St. Feuillien, Mikkeller, Brewfist, St. Peters, Schlenkerla (!), Brewdog, ‘tij, Emelisse, Nøgne …

Et de l’outre atlantique: Trou du diable, Dieu du Ciel, Goose Island, Anchor, Anderson Valley ...

Vous l’aurez compris, il y a vraiment le choix, et du bon !

  • adresse : 133 Avenue des Minimes, 31200 Toulouse
  • site web : delect.fr

 

DelectSource : lepetittou.com

 

 

Beer Mosaic :

Située dans le quartier de Saint-Aubin, cette toute jeune cave fait dans le très lourd. Je n’ai pas eu le temps de m’y rendre donc je ne peux pas m’attarder sur l’accueil et les prix, mais le choix fait par Alex & Olivier est clair : proposer le meilleur de la bière artisanale mondiale.

Jugez par vous même: Alvinne, De Molen, To Øl (toute la gamme 2015), Borgo, Evil Twin, Drake’s, Gigantic Brewing, Thornbridge, Edge Brewing, La Pirata, Dieu du Ciel…

Ajoutez à cela 4 bières à la pression et vous obtenez un lieu fortement attirant qui pourrait rappeller un peu les caves parisiennes À la bière comme à la bière. Seul regret, pas ou peu de bières françaises.

  • adresse : 7 bis rue Riquet, 31000 Toulouse
  • site web : page Facebook

 

mosaic

 

Autour d’une bière :

Deux adresses pour un seul nom. Ces deux caves peuvent rappeler le modèle V&B avec un beau nombre de références mais la comparaison s’arrête là. Ici le conseil fait partie du concept et même si le choix de bières est moins axé sur le local que ses voisines, on y trouve de la très bonne artisanale française comme St Germain, Thiriez, brasserie du Pays Flamand. Vous pourrez aussi y trouver des belles références belges telles que Senne, De Ranke ainsi que Cantillon. Notons aussi la présence de la déesse fumée allemande de chez Aecht.

Au menu également, des bières anglaises de chez Wells et St Peter’s, de l’irlandaise avec O’Hara et 8 degrees, de l’américaine avec Rogue, Flying Dog et même quelques BA de chez Brooklyn. Vous trouverez également plusieurs hollandaises de chez de Molen et Emelisse qui côtoient les danoises de chez Mikkeller et les norvégiennes de Nogne. Enfin, en exotique on mentionnera la japonaise Hitachino.

Pour les gens qui ont suivi le débat ci-dessous, je me dois de m’excuser envers la Cave pour ne pas avoir été exhaustif sur le choix international très intéressant que ses propriétaires proposent, et par soucis d’intégrité et d’honnêteté je me devais de le préciser

  • adresses : 1, Impasse Honoré Daumier 31200 Toulouse et 259 avenue de Muret 31300 Toulouse
  • site web : autourdunebiere.fr

 

atdunebiere

10 thoughts on “Un week-end à Toulouse – les caves

  1. Bonjour,
    Je viens réagir à votre publication concernant les 2 « Autour d’une bière »…
    Il devient, en effet, navrant de voir notre nom cité par des pseudo amateurs de bières qui donnent des avis sur des boutiques sans même prendre la peine de s’y déplacer.
    Vous comparez notre boutique à des VandB… Peût-être n’êtes-vous jamais allé, non plus, dans un de ces magasins… Je vais vous donner un peu plus de précisions. Un VandB, c’est en moyenne 200 à 300 m², un Autour d’une bière, c’est 60 m²… Un VandB, propose de la bière, du vin, du champagne et des alcools (rhum et whisky), ADB ne propose que de la bière… Donc, vous pouvez constater que les deux styles d’établissements sont en tout point comparable, c’est évident.
    Pour ce qui nous concerne, vous parlez d’un choix de bières bien loin d’être axé sur l’artisanale ou le local.
    Pour ce qui concerne l’artisanale, je vous encourage d’ores et déjà, à essayer d’en trouver une vraie définition qui soit acceptée par tout le monde, mais en même temps à vous rendre dans un de nos établissement pour pouvoir vous rendre compte de l’étendue de notre gamme. Il est un peu « facile », je trouve de retranscire des impressions qui vous ont été données sans même chercher à vous déplacer. Nous présentons une gamme de plus de 500 références et nombreuses sont des « artisanales » qui tronnent sur nos rayons.
    Pour ce qui concerne le local, il n’y a pas grand chose à dire, puisqu’effectivement, très peu de brasserie sont représentées, depuis que nous avons décidé de stopper de façon radicale tous les produits qui n’étaient plus buvables au bout de 6 mois… Mais là aussi, il paraît évident qu’il y a un vrai parti pris en faveur de certaines brasseries… Nous devons, lors de nos achats prévoir de stocker pour au moins trois établissements. Ce qui implique de très grosses pertes lorsque les clients reviennent mécontents…
    Lorsque Local rimera un peu plus avec qualité et stabilité, nous serons ravi de pouvoir reprendre un référencement local, à ce jour, seule la brasserie Joli-Rouge a eu le professionanlisme de reconnaître des soucis et d’échanger ses produits (ce qui est arrivé une seule fois !!). Pour les autres, dès qu’il s’agit d’assumer leurs responsabilités…

    Ensuite, pour ce qui concerne les bars que vous citez dans votre articles… Il y a bien d’autres bars à citer mais, là aussi, il semblerait que la liste soit limités à celle qui vous a été dictée… Concernant la champagne, si vous vous y étiez rendu, vous auriez certainement constaté qu’il ne s’appelle plus comme cela…

    Je vous souhaite néamoins une bonne journée…

    Emmanuel, responsable des deux gros « Autour d’une bière » qui sont sans intérêt…

    1. Bonjour Emmanuel,
      Sans vouloir entrer dans le débat sur ce qui est artisanal ou pas, je reconnais tout d’abord de ne pas m’être déplacé jusque chez vous.
      D’une, je ne critique pas vos choix de bières, car d’un point de vue Belge vous proposez clairement des bières de qualité qui ne sont pas à défendre et c’est d’ailleurs pour ce point que j’ai tenu à mentionner votre établissement.

      Sur le second point, je me permets de ne pas du tout vous rejoindre concernant la qualité des bières artisanales et notamment les locales. Il est tout à fait normal que des bières brassées sans additifs, ou bien fortement houblonnées perdent de leur intérêt plus vite qu’une bière haute en alcool de type belge. Et justement ce point est assurément une valeur de qualité à mes yeux, car c’est l’assurance d’un produit frais destiné à une consommation rapide. Si les IPA de Quercorb ou de la brasserie Correzienne avaient le même goût au bout d’un an, je commencerai sérieusement à m’inquiéter. J’ai vu que vous proposiez des Brewdog à la vente, comparez une punk ipa embouteillée il y 2 mois et une de 8 mois, elle aura forcément moins de goût.

      De nombreuses caves en France ont fait le choix de proposer ces produits artisanaux en roulement réguliers avec des stocks limités, sans jamais recevoir de plainte, preuve que la qualité est bien au rendez-vous. Disons donc qu’avec ce genre de produit, une approche de stockage différente est à adopter.

      Je suis donc en fort désaccord avec vous la dessus et je reste convaincu que les brasseurs locaux (que vous ne citez pas) se trouvent plus que jamais dans une approche responsable et qualitative vis à vis de ses consommateurs.

      Enfin pour ce qui est du Champagne (ou Chanpagne), je sais que son nom est Ches Bovy. Mais étant donné que le bar lui même utilise ce nom sur ses cartes et sur son Facebook et que tout le monde persiste à l’appeler de la sorte, j’ai décidé de garder cette appellation. Reconnaissez que sur ce point vous avez joué le tacle par derrière un peu facile.

      Pour finir, je tiens tout de même à vous remercier pour votre critique car un retour est toujours utile surtout lorsqu’il est construit. Ne vous inquiétez pas, ce blog n’a pas assez de visites pour avoir une incidence sur votre client.

      Bonne continuation.

      1. Votre point de vue sur l’aspect du produit local est tout à fait intéressant.
        Mais concerne -t- il la majorité des consommateurs ?
        L’évolution d’une bière est quelque chose de normal, certes, mais de là à ce qu’elle s’apparente plus à du vinaigre au bout de quelques semaines en est une autre. Mais effectivement tout cela rentre dans un débat qui est bien loin du sujet.
        Encore une fois, je vous fais gentiment remarquer que vous manquez d’objectivité dans vos propos en vous citant des exemples concrets sur ce que je considère être un travail bâclé
        ,et vous préférez parler de tacle par derrière. Je vous encourage à relire le texte élogieux que vous avez rédigé sur mes établissements , où vous considérez que le seul point positif serait la présence de Cantillon, puis on reparlera de la notion de tacle par derrière.
        Ce texte n’est ni représentatif de ce que nous proposons, ni du travail qui est fourni dans la recherche et dans la diversité de notre offre. Et le fait qu’il y ait peu de lecteurs sur ce blog ne vous donne aucunement le droit de faire de la désinformation.
        Vous pourrez très bien porter le jugement que vous voudrez… Mais quand vous serez passé vous rendre compte par vous même et non en colportant des avis de gens dont nous ne partageons plus les idées.
        Votre charte laisse penser que vous voudriez mettre en avant les produits que l’on ne trouve pas en supermarché mais vous faîtes l’éloge de Brewdog que l’on trouve de plus en plus dans les rayons des grandes surfaces, ce qui une fois de plus me laisse m’interroger sur votre objectivité.
        La bière est le produit populaire par excellence et certaines démarches semblent plus s’apparenter à du sectarisme, ce qui est bien dommage.

  2. Emmanuel,

    Sans vouloir me lancer un débat sans fin, je tiens à préciser quelques point supplémentaires :

    1 – Je reconnais que la formulation que j’ai utilisée n’est pas la mieux adaptée. Après, je ne cherche aucunement à déprécier votre établissement et je pensais logique de vous placer dans la liste étant donné la gamme de produits que vous proposez – donc parler de désinformation est quand même gros.

    2 – Je vous mets au défi de trouver un seul article sur ce blog encensant la Brewdog. Cette brasserie perd clairement en qualité depuis qu’elle s’est agrandie et je n’en ai jamais parlé dans un quelconque article. Mon exemple visait à expliquer que peut importe le produit, une bière houblonnée perd irrémédiable en qualité passé six mois.

    3 – Concernant les gens dont vous ne partagez pas les idées, je vous arrête tout de suite. Ce sont ces mêmes gens qui m’ont conseillé votre cave dans la liste qu’ils m’ont fourni avant mon week-end sur place. Mon jugement est uniquement basé sur la liste de produits que vous proposez dans votre cave, et encore une fois, je ne fais aucunement du sectarisme sinon je n’aurais jamais parlé de votre cave.

    4 – Le seul sectarisme duquel vous pouvez me taxer est de préférer les produits artisanaux et leurs possibles défauts à une Kwak ou une Cuvée des trolls qui sont certes des produits intéressants (que je consomme de temps en temps sans faire la grimace) mais qui ne rentrent pas dans la catégorie de bières donc je parle régulièrement ici.

    5 – Je suis des plus d’accord avec vous concernant le côté populaire de la bière et j’en suis un fervent défenseur (je ne comprends par exemple pas le prix de certaines bières de chez Brewdog ou Mikkeller), et je pense que le plus populaire qu’on puisse trouver c’est une bonne bière artisanale à 3.5€ la bouteille et non un pack de 1664 à 4.5€. Je pense que sur ce point nous sommes d’accord, et que vos magasins vont assurément dans ce sens.

    Bonne soirée à vous

    1. Le mieux pour éviter de se lancer dans un débat sans fin est d’éviter de relancer des thèmes polémiques dans chacune de vos réponses.
      En effet, si à chaque fois que l’on vous parle d’infection manifeste, vous répondez qu’il est normal que le « fruité » d’un houblonnage à crû s’estompe au profit de l’amertume, c’est sûr nous sommes dans un débat sans fin. (Détendez – vous, je vous chambre là…)
      Je tenais juste à vous faire comprendre que vous donnez un avis peu flatteur de mes établissements, sans jamais y être venu, à en juger par la description qui en a été faîtes, les gens qui vous ont fournis ce descriptif n’y sont pas venus depuis très longtemps. Ce qui laisse place à pas mal d’approximations (nous n’avons jamais vendu de bières de chez Lancelot, par exemple ), et d’inexactitudes (vous vous bornez à dire que nous ne proposerions que des produits belges alors qu’ils ne sont même pas en majorité (180 références sur les 500 proposées)).
      Vous teniez à nous citer dans votre liste, je vous en remercie mais vous pouviez aussi un peu vérifier vos sources en allant, par exemple, visiter notre page Facebook.
      Après tout, c’est vous qui vous lancez dans l’aventure de ce blog et je pense très honnêtement que le nombre de vos lecteurs sera très étroitement lié à la pertinence et à la qualité de vos articles.
      Bonne soirée à vous aussi.
      Emmanuel.

      1. En effet, excusez moi pour l’erreur sur Lancelot, je voulais mentionner la Brasserie de Bretagne (ArMen). Je vais également ajouter les bières Wells et St Peters

  3. Merci beaucoup pour votre article plus qu’élogieux !! Je suis désolé de ne pas avoir pu vous accueillir lors de votre récent passage, les livraisons professionnelles faisant parti aussi de mon travail et étant seul à gérer tout cela, il m’arrive parfois de devoir fermer momentanément le magasin. On se rattrapera la prochaine fois !!

  4. Bonjour,
    Dans votre article, il vous manque le « Kraken Paradise ».
    C’est une nouvelle cave à bière/bar à dégustation avec plus de 190 références de bières.
    L’ambiance est très chaleureuse et le point fort réside dans le fait que vous pouvez consommer sur place.

    https://www.facebook.com/thekrakenparadise

    1. Bonjour.
      Merci pour cette précision. Comme je le disais au début de cette chronique le choix est loin d’être exhaustif.
      Je vous remercie de faire vivre ces articles en rajoutant ce type de message !

Laisser un commentaire