Top 2018 – Les mentions

On se le dira, faire un top de fin d’année c’est presque impossible, très subjectif et si cela reste plaisant à faire c’est toujours très réducteur. Cantonner une année brassicole à 10 bières c’est certes simpliste mais c’est toutefois un bel exercice permettant de repasser à travers de très belles découvertes.

Bon et ces fameuses mentions?

Dans la catégorie « dès qu’il y en a au pub, je fais un détour sans hésiter car c’est une des meilleures pintes du monde »: La Castelnau dry hoppée au houblon Golding et servie au cask de la Brasserie Dieu du Ciel. Déjà que la version régulière est une bière de pub parfaite, le DH de Golding rajoute du mordant et complète parfaitement la minéralité et les arômes de noisettes/noix rehaussés par le service au cask.

Dans la catégorie, « cela faisait longtemps que je voulais la tester et j’ai vraiment pas été déçu« , la désormais légendaire Bitter de la brasserie artisanale Albion. Un autre monstre de pub, d’une justesse rare tant sur le côté minéral que sur la balance des saveurs entre grains frais et caramélisés. Les mots me manquent un peu pour décrire cette bière en fait. J’étais assis dans le pub de Joliette et j’ai juste aimé, vraiment beaucoup aimé cette bière.

Dans la division « c’est pas brassé au Québec, mais c’est quand même disponible en dépanneur et ça démonte pas mal« , impossible de ne pas citer les dernières sorties de chez Halcyon Barrel House (installée bien au chaud dans les locaux de Beau’s All Natural Brewing Co.). Si la Echo Chamber est une sublime Sour IPA aux accents tropicaux tranchants, c’est la Nix Olympica qui m’a le plus étonné: une bière de Mars proposant un beau malt caramélisé, des notes de bois frais, des subtiles accents de fruits rouges et une levure saison très chevaline. Balancé et unique.

Au niveau des bières saisonnières, si j’ai toujours une réel joie à retrouver la Double Black IPA de Seigle de l’ Isle de Garde, cette année c’est la Apache Wheat Bourbon de Tête d’Allumette que j’ai eu le plus de plaisir à redécouvrir. Caramel léger, fumé très discret, bourbon, vanille, boisé. Une vraie bière d’hiver tout en équilibre.

Dans la catégorie « j’ai été surpris par les premières batchs et c’est certain que ça va devenir une bière référence dans le genre au Québec« , l’Éloge de la lenteur de la Brasserie-distillerie Champ libre. Une saison faussement classique et fortement magique, qui n’est pas sans rappeler une Dupont (Avec les bons vœux ?), en légèrement plus citronné. On en reparle bientôt sur cette page plus en détail c’est certain.

Et enfin, au chapitre des « bières qu’on a ouvert la veille d’écrire ces lignes et qui vous a pas mal laissé sur le cul« , la Saison macérée reposée sur marc de raisin de la Microbrasserie Le Castor. Une saison magnifiquement fruitée ou on discerne les arômes de bois frais, de fleurs blanches, de levure citronnée légèrement acidulée. La finale se fait sur la peau de raisin blanc (avec une touche d’amertume) et se termine sur un poivré léger et sec. Impressionnant.

Des grosses mentions donc,mais impossible de ne pas nommer ces bières avant de se lancer dans le top final.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.