Tête d’Allumette : Blanche Tête et Tête de Houblon (v.8)

Après (je l’espère) vous avoir donné envie de découvrir le lieu dans mon dernier article, cette semaine on s’ouvre deux bières de la Tête d’Allumette histoire de convaincre les derniers sceptiques.

Au menu, une bière de blé brassée avec du riz basmati ainsi qu’une IPA bien foncée.

Tête d’Allumette – Blanche Tête et les 7 Grains (5.8%) :

 

Œil: Petite inquiétude lorsque je commence à verser la bière dans mon verre, le liquide est étonnamment clair et translucide pour une bière blanche. Le collet de mousse plutôt aérien et d’un blanc pur est mince mais persistant. La carbonatation fine et soutenue est bien visible à travers ce corps lumineux qui pourrait presque rappeler une Pilsner chaleureuse.

Nez: Une fois la truffe posée au bord du verre, plus d’inquiétude, on a bien affaire à une bière de blé mais malgré les jolies effluves fruitées et florales, impossible de dire pour le moment de quel coté de l’Our le breuvage se situe.

Bouche: L’attaque est surprenante avec sa dominante florale, puis on apprécie la belle mise en valeur des arômes rappelant directement les céréales fraîches. La suite est un vrai plaisir, des saveurs faisant instantanément penser à la noix de coco, l’ananas et la pâte d’amande explosent en bouche. C’est gourmand et la superbe touche minérale finale ne laisse aucun sucre résiduel sur la langue.

Appréciation: Superbe bière qui propose une belle gamme de saveurs sans jamais se montrer trop douce. Ce produit réussi à être unique tout en utilisant des ingrédients plutôt « réguliers » et c’est un sacré tour de force de la part du brasseur..

Ne cherchez pas les 7 grains dans la liste des ingrédients, il n’y en a « que » 4 : orge, blé, avoine et riz basmati. Devant cette profusion d’arômes exotiques, j’étais persuadé qu’il y avait forcément du Sorachi Ace ou tout autre type de houblon d’Australie ou de Nouvelle-Zélande, grosse erreur.

Martin (le brasseur) me confiait que l’apport aromatique des houblons est négligeable dans cette bière et que la magie s’opère lors du brassage. Ce goût de noix de coco bien prononcé serait principalement dû à l’action des levures Hefeweizen sur le riz basmati – goût introuvable lors d’essais avec du riz différent.

 

Tête d’Allumette – Tête de Houblon v.8 (5.5%) :

 

Œil: Belle mousse aérienne couleur café au lait qui diminue rapidement, mais investie par son rôle de protectrice de breuvage, elle ne disparaît jamais. Cette bière présente un beau corps opaque duquel émanent de beaux reflets cuivrés, il y a un quelque de chose de calme dans « l’attitude » de cette bière.

Nez: Contrairement au visuel, le nez se montre détonnant avec un mélange d’arômes qui va du zeste d’orange aux épines de sapin fraîchement frottées en passant par une superbe odeur rappelant les grains de cacao grillés.

Bouche: Une fine carbonatation dépose un bon goût de torréfaction sur les papilles avant de laisser apparaître les saveurs d’agrumes (pamplemousse blanc et orange) amenées par le houblon. Puissant retour sur le cacao amer accompagné par des « vapeurs » bien sapineuses et toujours cette touche minérale si caractéristique qui réussi à tout équilibrer en fin de bouche.

Appréciation: Cette série a pour but de mettre à l’honneur différents houblons et plus généralement différents types d’IPA. Cette 8è version, et première foncée, est une réelle réussite. Le style est plus difficile à réussir qu’on ne le pense car il faut trouver un liant entre l’aromatique des houblons et les malts torréfiés.

Selon moi, cette v.8 a su trouver ce liant de par un savant dosage au niveau des ingrédients mais également grâce à la forte minéralité de l’eau de brassage. Cette pointe minérale si difficile à décrire, presque « saline », est un énorme plus dans cette bière – et j’aurais presque envie d’étendre cette remarque à tous les produits de la Tête d’Allumette… et je le fais… voilà.

Laisser un commentaire