Retour sur le FeBREWary de Beau’s

1 – Présentation :

Pour la 5è année consécutive, la brasserie Beau’s a animé le monde brassicole au Québec et en Ontario avec son désormais célèbre FeBREWary,  événement créé pour permettre de supporter plus facilement le méchant mois de février. Chaque semaine voyait une nouvelle bière apparaître sur les tablettes de nombreux dépanneurs spécialisés à travers le Québec et l’Ontario, mais pas seulement, puisque pas moins de 200 bars et restaurants participaient également à l’événement dont une petite trentaine dans la Belle Province.

Pour les malchanceux n’arrivant pas à mettre la main sur une bouteille, la brasserie s’était associée avec un site de rabais pour proposer une offre à 10$ qui comprenait : un trajet Montréal-Vankleek Hill + une visite de la brasserie + des échantillons de bière à déguster. Motivé par la possibilité de visiter la brasserie sans avoir à conduire, j’ai rapidement acheté mon ticket pour le weekend de la sortie de la Elephant Monsoon (porter au beurre d’arachide et au raisin) et je dois avouer que je ne regrette pas mon excursion.

Frebrew_outside

2 – Visite de la brasserie :

Tout est fait pour que les deux heures passées sur place soient les plus agréables possible, et cela commence par un accueil au top (dans les deux langues) et des petits verres de dégustation de la bière du moment. La réception se fait dans le bar/shop de Beau’s, très joliment décoré et situé directement dans la brasserie. Si vous aussi êtes sensibles aux étiquettes et aux affiches de la brasserie, le shop est un vrai appel à la dépense tellement tout est beau : affiches, t-shirts, casquettes, magnets, bières, … tout les visuels sont superbes.

Pour accompagner la star de la semaine, le Chef de la brasserie (Bruce) concocte des petits plats à 5$ se mariant à merveille avec les arômes de la bière. Au menu ce jour là, un sandwich toasté à la purée de banane / beurre d’arachide / bacon (optionnel) qui en plus d’être délicieux complétait parfaitement les arômes de la Elephant Monsoon – j’ai d’ailleurs tellement aimé ce sandwich que j’ai gardé la recette (voir pied de l’article).

febrew1a

Concernés par la bonne santé de ses visiteurs, l’équipe proposait ensuite aux volontaires de participer à un concours de lever de bock qui permettait de brûler quelques arachides par l’effort. Cette animation peut certes paraître toute bête, mais je peux vous dire que tenir le plus longtemps possible un bock de 500ml en terre cuite, rempli à ras-bord tout en gardant le bras tendu et sans renverser une goutte efface rapidement les sourires de départ. Le bon point étant que le vainqueur ne perdait pas l’usage de son bras pendant 15 minutes pour rien, puisqu’en plus de pouvoir garder la bière non renversée, le gagnant repartait avec un t-shirt gratuit.

IMGP0036

La journée se terminait sur une courte visite de la brasserie pendant laquelle les différents ingrédients, les processus de brassage ainsi que la chaîne d’embouteillage nous étaient présentés – seul petit regret, le chai visible au loin n’était pas présenté plus en détail. Juste le temps pour une dernière bière et il était déjà l’heure de remonter dans le bus direction Montréal, avec – détail important – un arrêt pipi stratégique à mi-chemin. Tout était prévu on vous dit.

3 – Les bières du FeBREWary :

Frebrew_5beers

  • Semaine 1 : Tyrannosaurus Gruit (5.8 %), type Gruit  :

Présentation commerciale (de la brasserie) : La Tyrannosaurus Gruit est une bière de gruit rouge préparée avec des betteraves et des fleurs d’hibiscus. Des baies de genièvre biologique et des pousses d’épinette ajoutent des éléments de bois et de résines de conifère agréables.

Œil : Couleur rouge-rubis profond qui confirme bien la présence de betterave dans ce brassin, le tout recouvert par un fin col de mousse qui disparait rapidement.
Nez : Le nez est sucré et légèrement terreux et rappelle un peu la betterave cuite. On note aussi de légers arômes de fraise.
Bouche : Comme le nez le laissait présager, l’attaque est douce, légèrement caramélisée sans être trop sucrée. On retrouve bien le goût de betterave cuite toujours accompagné par ce léger côté fraise pas désagréable du tout.
Verdict : Bière très agréable et plutôt originale avec son côté sucré rustique et ses arôme de fraises plutôt inattendus. Sur la longueur la douceur peut gêner mais c’est une excellente bière à partager.

  • Semaine 2 : Embittermint (6.7 %), type India Pale Ale :

Présentation commerciale : L’Embittermint est une I.P.A. qui fusionne et équilibre les caractéristiques plus délicates et florales des variétés de houblon et de menthe sélectionnées. Brassée avec de la mélisse biologique, de la menthe verte et de la menthe poivrée.

Œil : Belle mousse très blanche plutôt persistante, qui recouvre un liquide joliment cuivré.
Nez : Au milieu des arômes de malt caramélisé, on distingue de belles touches herbacées et étincelles d’agrumes.
Bouche : Amertume qui oscille entre un léger goût tropical et un sapineux un peu terreux. La menthe est discrète et c’est surtout le caractère poivré de la plante qui ressort en note finale.
Verdict : Visuellement très belle, cette bière peut un poil décevoir tant la menthe se fait discrète et que la base caramélisée semblait parfaite pour se marier avec un mentholé puissant et poivré. Passé cette déception, la Embittermint est une bonne IPA qui se marierait parfaitement avec des pâtes au pesto par exemple.

  • Semaine 3 : Farm Table Pils (4,9 %), type Pilsner :

Présentation commerciale : La Farm Table : Pils (style du Nord de l’Allemagne) est une pilsner traditionnelle ayant les mêmes caractéristiques que celles brassées dans la partie septentrionale de l’Allemagne. C’est une bière pâle couleur paille, à la grande clarté et au collet blanc. Les saveurs à la fois herbeuses et houblonnées laissent échapper quelques notes de grains et de malt. L’arôme est dominé par celui du houblon qui s’équilibre par la pure douceur du malt. La finale est rapide est sèche.

Œil : Superbe couleur paille dorée à travers laquelle on distingue des bulles fines et peu intenses. Le col de mousse disparait instantanément.
Nez : Ça sent bon la céréale fraiche accompagnée par des petits éclats citronnés et herbacés ainsi que par ces arômes de houblons « métalliques » si caractéristiques des pilsner.
Bouche : On retrouve le grain frais, vite noyé par une vague de malt pale légèrement sucré encore une fois très fidèle au style allemand.
Verdict : Contrairement à ce qui est annoncé dans la description, la finale de cette pilsner est assez douce, peut-être trop pour moi qui suis plutôt team « Pils à la Tchèque » avec son style plus sec et tranchant.

febrewbeer

  • Semaine 4 : Elephant Monsoon (6.7 %), type Porter :

Présentation commerciale : Un délicieux duo fait la rencontre d’un style de bière britannique classique et donne naissance à ce que nous avons baptisé une « Porter PB & Grape ». Le caractère du malt agréablement torréfié d’une Porter s’enrichit d’une touche à la fois amusante et savoureuse grâce à l’ajout de beurre d’arachides biologique et de jus de raisin Concord.

Œil : Bière d’un brun profond chapeautée par un très mince collet blanc.
Nez : Léger arôme de raisin posé sur un malt caramel qui prend pas mal de place. On distingue également des notes de fèves de cacao torréfiées.
Bouche : Première surprise, la bière est très puissante d’un point de vue alcool et les arômes de raisin se marient très bien avec cette caractéristique. On distingue ensuite les malts torréfiés qui rappellent un peu le chocolat noir et les grains de café brulés. Même si son amertume reste plutôt légère, cette bière est étonnamment sèche.
Verdict : Oui je n’ai pas parlé de beurre d’arachide et c’est normal car pour être franc il est très très dur à distinguer. A l’instar des bières brassées avec de la noix de coco, il faut attendre que la bière se réchauffe vraiment pour commencer à distinguer les subtiles notes de cacahuètes. Alors même si c’est un peu dommage qu’on ne sente pas plus le fruit sec, ce porter puissant est vraiment agréable à boire.

  • Semaine 5 : Koru (6 %), type Pale Ale Belge  :

Présentation commerciale : La pale ale de style belge Koru se distingue par ses notes de levure poivrées et épicées intéressantes et ses inflexions de fruits tropicaux émanant des variétés de houblons Nelson Sauvin et Rakau de Nouvelle-Zélande. Complexe et délicieuse, sa finale est sèche.

Œil : Bel orange doré qui rappelle immédiatement les ales belge. La mousse est belle, plutôt dense et persistante.
Nez : Dominé par les levures qui amènent des éclats poivrés et d’écorce d’orange. On retrouve aussi des beaux arômes fuités (pêche/poire).
Bouche : Les deux houblons (Nelson/Rakau) s’associent parfaitement. La Koru est un joli mariage de fruits tropicaux et de sapineux sec et poivré, épices qu’on retrouve en note finale accompagnées par une note herbacée bien marquée.
Verdict : Cette bière est à mon goût la meilleure de toute la série. Fruitée et poivrée, elle n’est jamais trop douce, ce qui la rend encore plus agréable à boire. La Koru est typiquement le genre de bière parfaite pour accompagner un guacamole par une journée ensoleillée.

C’était mon premier FeBREWary et ça m’a beaucoup plu. La visite de la brasserie qui fait partie intégrante des festivités avec les animations et la dégustation montre à quel point Beau’s tient à une certaine proximité avec le consommateur. Aussi, c’était un vrai plaisir de voir une bière différente apparaître sur les tablettes chaque semaine, au même prix que les produits réguliers, et même si elles n’étaient pas toutes en accord avec mes goûts personnels j’ai vraiment apprécié de pouvoir tester chacune d’entre-elles. A l’année prochaine assurément !

Bonus : La recette du Sandwich « Elvis »

FebrewElvis

 

 

 

Laisser un commentaire