Québec, un Auval espoir

1 – La brasserie

Depuis quelques mois, il suffit de prononcer un nom pour faire pétiller les yeux des amateurs de microbrasseries au Québec : Auval.

C’est durant mes premiers shifts au dépanneur Peluso que j’ai découvert cette brasserie à l’imagerie sobre et efficace et après avoir dégusté la dernière Framboëse présente sur les tablettes, j’ai un peu mieux compris la déception des clients à qui on annonçait être en rupture de stock.

logoSource : auval.ca

Pour parler franchement, je dois avouer que ma première pensée a été de me dire que (malgré la très haute qualité de ses bières) Auval pourrait être l’une de ces brasseries qui jouent la carte de l’édition limitée à outrance pour faire monter la demande et le buzz. Je n’aurais pas pu plus me tromper.

Derrière la brasserie gaspésienne située à Val d’Espoir se cache une personne connue comme le loup blanc dans le milieu brassicole québecois, Ben Couillard. Co-créateur de la brasserie Pit Caribou 8 ans auparavant, il décide de quitter l’Anse-à-Beaufils pour lancer un nouveau projet, plus petit, demandant moins de gestion, et permettant de se consacrer pleinement au brassage et aux expérimentations.

 

fondSource : auval.ca

Le projet Auval se concrétise avec la commercialisation des premières bières en aout 2015. Dans différentes interviews Ben donne le ton : ce projet est « né petit et restera petit », il privilégiera la vente locale, l’utilisation de produits locaux et une intégration complète dans le milieu agricole gaspésien. On peut donc déjà affirmer sans prendre trop de risques qu’Auval c’est et ça restera 50.000 litres annuels et que si 90% de la production est vendue localement, la brasserie va vite devenir un passage obligé lors de vacances dans la pointe est de la Belle Province.

La passion de Ben pour le circuit local et l’expérimentation l’a amené à cultiver 2 hectares de terrain pour implanter un verger de petits fruits destinés au brassage. Il produit également son propre miel qui sera très bientôt utilisé dans les futurs brassins et pour couronner le tout il a réussi à stabiliser une « culture » de levures et de bactéries dans les champs entourant la brasserie – levures qui, associées au magnifique chai de la brasserie, assureront rapidement une signature Auval unique !

Auval_levuresSource : facebook.com/auval.ca

Cette recherche de l’original et du bon goût se retrouve dans ses quatre produits actuellement disponibles : la Saison d’Espinay, l’Arcane 17 IPA, la Framboëse et la Grisette #1. Les gourmands seront heureux d’apprendre que dans les mois qui viennent, la brasserie proposera trois nouveau produits : la Super A (Double IPA), l’Aronia (bière sure à l’aronia) et la Grisette #2. Enfin, la rumeur dit qu’une bière sortira très bientôt cet hiver avec une belle dose de chocolat dedans …

2 – Les bières :

 

DSC_1032

 

  • Saison d’Espinay (6%), type Saison :

Œil : Belle couleur dorée, cette bière est d’une transparence étonnante pour le style saison. On distingue une effervescence assez puissante et la mousse est plutôt persistante et et épaisse pour le genre.
Nez : Les touches levurées s’affirment dès le début avec de belles notes assez citronnées et des éclats de mandarine. Beau mélange doux-acide très agréable.
Bouche : On retrouve le citron qu’on pouvait deviner au nez, mais l’attaque laisse rapidement la place à de surprenants et inattendus arômes rappelant la noix de coco et la mangue. Le retour présente un léger goût épicé plutôt subtil et très bien maitrisé.
Verdict : Une excellente saison très originale avec cette noix de coco plus qu’inattendue. Je me risquerais à dire que cela doit venir de barils plutôt « neufs », ce qui expliquerait le côté boisé modéré.

  • Arcane 17 IPA (5,2%), type IPA :

Œil : Comme sa cousine de saison, cette IPA est limpide et dorée avec un col de mousse plutôt épais.
Nez : Les arômes dégagés sont tout simplement fabuleux, à la fois sucrés et acidulés. Ça rappelle les bonbons arlequin accompagnés par des petits éclats sapineux qui essayent de se faire une place au milieu des notes explosives et tranchantes de citron et de zeste de mandarine.
Bouche : L’attaque est étonnement résineuse avant d’évoluer rapidement vers l’agrume finalement moins explosif qu’au nez. La dégustation se termine sur une surprenante touche levurée amenant un très léger goût de vin blanc suivi par un final tropical (mangue).
Verdict : On a clairement affaire à une IPA de très haut niveau avec notamment un superbe travail sur le choix des houblons. Malgré sa complexité, elle s’avère très simple et très agréable à boire et pourrait très bien plaire à des gens peu attirés par l’amertume. S’il fallait trouver un défaut à cette bière ça serait sa carbonatation peut-être un peu trop faible, mais c’est vraiment histoire de faire un reproche.

  • Framboëse (5%), type Ale (sure) aux fruits :

Œil : Un vrai bijou visuel de couleur rubis, rappelant un jus de canneberges effervescent.
Nez : Framboise, framboise, framboise ! Vous savez, cette framboise acidulée qui fait immédiatement saliver, cette petite note acidulée/fruits rouges qu’on peut retrouver chez la rhubarbe cuite. Bref ça sent bon et ça donne envie de plonger les lèvres rapidement pour savoir si c’est aussi bon que l’odeur laisse le penser.
Bouche : Forte acidité en attaque, début de dégustation sec et tranchant. La framboise arrive rapidement pour balancer le tout amenant un magnifique goût fruité, tout en ayant laissé le sucre à la maison. On termine sur de légères touches boisées (très probablement dues au baril) ainsi que de subtiles notes poivrées (coucou les levures).
Verdict : Disons le directement, c’est un produit magnifique dont le caractère tranchant et fruité à la fois rappelle instantanément les lambics-framboise belges (je pense ici à la Rosée de Gambrinus de chez Cantillon). J’ai plus que hâte de pouvoir tester les prochains millésimes pour suivre l’évolution des barriques de chêne car s’il y a bien un goût que j’adore dans ce type de produit c’est bien le « vieux bois ».

Je ne vous cache pas que je suis vraiment choqué (dans le bon sens) par la qualité et la complexité de ces trois bières, d’autant plus que ce ne sont que les premières. La vraie puissance des produits Auval est qu’ils plairont autant à des amateurs passionnés qu’à des néophytes et ça n’est pas rien. Enfin, je tiens à chaleureusement remercier Ben d’avoir pris de temps de répondre à mes questions pour la rédaction de ce petit article.

Fiche technique

Brasserie : Auval
Pays : Canada
Région : Québec (Gaspésie)
Site web : www.auval.ca
Contact : info@auval.ca

4 thoughts on “Québec, un Auval espoir

Laisser un commentaire