Les 10 de 2015 (Québec)

bestofbinzqc.jpg

Après le top pour les bières Françaises, on traverse l’Atlantique pour une petite revue des produits qui m’ont le plus plu cette année au Québec.

A la différence de mes confrères bloggeurs québecois, le fait que je sois arrivé il y a à peine 5 mois me place dans une situation où je découvre une scène brassicole qui m’était jusque là (quasi) inconnue et ceci explique entre-autres la présence dans ce top de produits qui pourront paraitre « classiques » pour certains lecteurs rompus au breuvages locaux.

Malgré tout, je dois reconnaître que mon poste de conseiller chez Peluso m’a permis de déguster un bon nombre de bières mais aussi d’être aux premières loges pour tout ce qui est nouveautés et raretés.

Rajoutons qu’un des gros points positifs de la bière au Québec est que les fameux Broue-pubs brassent souvent des produits de très haute qualité, et que même s’ils sont rarement disponibles en bouteilles et autres cruchons (growler), il m’a paru impossible de ne pas les prendre en considération pour ce classement.

Même si certains choix ont été plutôt évidents, je dois avouer que comme pour le classement de la semaine dernière, il a été difficile de s’arrêter à 10.

  • Microbrasserie de CharlevoixDominus Vobiscum Lupulus : On commence avec un classique de la microbrasserie de Baie-Saint-Paul qui sent très bon la Belgique. Son nez est typique des blondes belges avec ses levures à la fois « fermières » et épicées. En bouche c’est subtil, avec une attaque qui rappelle un peu la Duvel, puis une évolution vers des notes fruitées de banane et de mangue avant de terminer sur le côté « paille » plutôt rustique. Tous ces goûts sont bien encadrés par une amertume élevée qui n’altère en rien les arômes et offre un résultat complexe mais avant tout un superbe hommage aux bières du « plat pays ».
  • A l’Abri de la TempêteCorps Mort : Première des trois brasseries gaspésiennes présentes dans ce top, mais unique ilienne (si on ne compte pas Montréal), A l’Abri de la Tempête sait clairement retranscrire le côté marin de son environnement dans ses produits. Ce vin d’orge est une vraie bourrasque gustative avec sa base fortement maltée (typique du style) mais qui se montre étonnamment sèche. C’est cette caractéristique qui permet d’ailleurs de pleinement apprécier les inattendues notes salines et fumées qui, si on ose l’analogie, font de ce vin d’orge un magnifique « Islay ».
  • Le Castor Catherine (2015) : Habituée des tops, la brasserie de Rigaud nous a bien gâté cette année avec une sacrée dose de bon produits et je dois avouer que j’ai longuement hésité entre la Catherine et la Farmhouse Houblon (4è du nom). Cependant, mon amour pour le « tue-diable » et pour le style Imperial Stout m’ont amené à choisir l’impératrice. Pour ce millésime le Castor a su très justement associer ce qu’on aime dans l’Imperial Stout (vanille, chocolat, légère torréfaction, côté velouté) et le rhum (puissance, épices, notes boisées). C’est puissant et ça se boit facilement pour une bière de ce calibre (11%). Mon seul regret ? De ne pas en avoir acheté plus pour en faire vieillir.
  • DunhamRye ESB : Personne ne sera surpris de trouver cette brasserie souvent géniale et parfois frustrante (ah…les fameuses courses aux bottle release) dans ce classement. Si j’ai choisi la Rye ESB plutôt que l’Assemblage #5, la Tropicale ou bien encore la Orange, c’est principalement pour l’utilisation plus que réussie du seigle dans ce produit. La céréale apporte une sécheresse et une amertume toutes particulières et difficiles à décrire – c’est intense, acre et rappelle même un peu le cuir. Cette amertume puissante se marie à merveille avec le côté pain grillé et caramel amenés par la base Bitter.  Ajoutez à cela une inattendue finale poivrée inattendue et vous obtenez un produit « à paliers » beaucoup plus surprenant que la déferlante amère du départ pouvait laisser présager.
  • GainsbourgCôte Ouest : Premier broue-pub de cette liste, je dois reconnaître que les produits de la brasserie outaouaisienne ne sont pas des plus simples à trouver – hormis à la pression dans quelques bars bien sympas (j’en ai repéré au Brouhaha et à l’Isle de Garde). Cependant, cette bière m’avait tellement plu lors de mon passage à Chambly que je me devais de la placer dans cette liste. Vous pourrez retrouver tout le bien que j’en ai pensé dans cet article sur le festival Bières et Saveurs 2015.
  • Dieu du CielPéché Mortel (2015) : Pour être honnête, j’ai failli oublier de placer la célèbre brasserie montréalaise dans ce top. Simples à trouver, peu dispendieuses et toujours de très bonne qualité, la « routine » nous presque oublier la très haute valeur des bières de chez DDC – alors qu’il y a encore quelques mois j’étais tout joyeux dès que je pouvais mettre la main sur des bouteilles d’Isseki Nicho ou de Route des Épices à Paris. Alors pourquoi ce Péché Mortel ? Tout simplement parce que cette année tout laisse à croire qu’ils ont eu la main lourde sur le café et en tant que fan de la boisson j’ai envie de dire que c’est tant mieux. Plus torréfiée, plus puissante, plus boisée, avec toujours cette base soyeuse et chocolatée, cela aurait été une grande erreur de ne pas placer cette bière dans cette liste finale. Vivement la version 2016 (on en reparle très bientôt).
  • Le ProspecteurGrande Ourse : Seconde bière de broue-pub de cette liste, la brasserie bien au nord située dans la ville de Val-D’or a réussi à me sortir LA bière que j’ai le plus envie de boire en ce moment. Il faut reconnaître qu’on passe tous par des phases, et après les IPA, les Impérial Stout, les Barrel Aged, les Sour et les Saisons, depuis 6 mois je bloque sur un style à priori très classique: les bitter / mild ales. J’adore le côté biscuit/pain grillé et la petite note aromatique caramel non-sucrée qu’on peut retrouver dans ces bières très « sessionables » et cette Grande Ourse coche tous les critères énumérés ci-dessus. Bonne nouvelle, la brasserie commence à commercialiser des cruchons et on devrait pouvoir en trouver dans les frigos des épiceries spécialisées d’ici quelques mois.
  • Le NaufrageurAle Amérindienne : Au risque de me répéter, cette IPA est tout simplement un des meilleurs produits que j’ai pu boire cette année. La critique de cette belle IPA au thé du Labrador et une présentation de la brasserie de Carleton-sur-Mer ici.
  • AuvalFramboëse (2015) : Impossible de ne pas placer dans ce top la « recrue de l’année » récemment à l’honneur sur le blog. Devant la qualité devant la qualité des produits proposés par la brasserie gaspésienne le choix s’est avéré difficile même si finalement c’est la fruitée qui m’a le plus impressionné.
  • Les Trois MousquetairesDouble IPA : Une sacrée belle année pour la brasserie de Brossard ! Régulièrement citée comme brasserie de l’année par les sites spécialisés, je ne peux qu’abonder dans ce sens. La brasserie arrive à proposer une impressionnante étendue de styles de bières toujours parfaitement réalisées, sauf pour cette Double IPA qui n’est pas parfaite – elle est fantastique. Pas besoin de faire dans la demi-mesure, cette bière est une des meilleures IPA (simple et double inclues) que j’ai pu boire, point. La base légèrement caramélisée se mélange à merveille avec le houblon Mosaic qui amène des saveurs tropicales d’une puissance rare, puis on termine sur une amertume résineuse moyenne mais longue. Houblonnée à cru quatre fois, l’aromatique de cette bière est hallucinante et l’ayant goutée 3 mois après embouteillage, je n’ose pas imaginer l’explosion de saveurs pour une version toute fraîche. Vivement l’été prochain !

Je ne peux m’empêcher de placer tout de même une petite mention supplémentaire pour Pit Caribou et sa superbe gamme Tennessee ainsi que sa 30c (Black IPA de haut niveau).

Enfin, j’ai certes délibérément opté pour une liste exclusivement Québecoise, mais je profite de cette petite conclusion pour placer deux bières de l’Ontario : la géniale Nordic Pale Ale de chez Beau’s (collaboration Kissmayer) qui est clairement une des meilleures Pale Ale sur le marché, et la Lake Effect de Great Lakes Brewery qui a assouvi à merveille mon besoin intermittent de houblon Sorachi.

N’hésitez pas à faire votre propre top et à réagir à cette sélection dans les commentaires ou via le Twitter du blog @latetedanslefut.

3 thoughts on “Les 10 de 2015 (Québec)

  1. Merci pour ta liste dont le contenu est inconnu de mes papilles gustatives à 70%. Je trouve aussi que certaines bouteilles sont bien difficiles à trouver…

    Je n’ai redécouvert les bières de micro-brasserie qu’en 2014. 2015 était donc ma première année complète depuis mon retour au jeu. En voici donc 10 que j’ai bien aimées, pas nécessairement mes préférées, simplement 10 bières qui se boivent trop bien :

    1. La Moralité (Dieu du ciel) : pour moi, c’est la meilleure IPA au Québec, mais j’en ai encore beaucoup à découvrir.

    2. La Buteuse (Trou du diable) : j’aime les Triples belges et celle-là m’a ensorcelé.

    3. La Corne du diable (Dieu du ciel) : une IPA ambrée, moi qui résiste difficilement au goût du caramel.

    4. Péché mortel : ouais, moi aussi. Mon stout impérial préféré.

    5. La Vie de château (Le Grimoire) : j’aime le sucré, alors le goût de vanille de cette bière au rhum m’a séduit. Je crois avoir vu sur Untappd que Pierre la détestes! 🙂

    6. Farmhouse houblon #4 (Le Castor) : un peu de brettanomyces pour taquiner la langue.

    7. Pale Ale Austraméricaine (Pit caribou) : Simcoe, citra et galaxy, ça fait bon ménage.

    8. Les Quatre surfeurs de L’Apocalypso (Trou du diable) : ben oui, encore du houblon. Il y a comme qui dirait une tendance…

    9. Disco Soleil (DDC) : du soleil en bouteille.

    10. L’Aphrodisiaque (DDC) : un stout avec du cacao et de la vanille. Je vous ai déjà dit que j’aime le sucré?

    Et j’aimerais bien ajouter la Trois Monts (Saint-Sylvestre) : une bière de France que j’aime beaucoup mais qui ne semble plus distribuée au Québec. Quelle tristesse, je vais m’ouvrir une Moralité pour me consoler…

    Je vous souhaite de bonnes bières en 2016!

    1. Merci pour ta réponse et pour ton classement perso Eric.
      Je dois avouer que je te rejoins sur beaucoup de tes choix, avec comme tu l’as très justement relevé un gros gros bémol pour la Vie de Château qui pour moi est ce que j’ai le plus détesté jusqu’ici au Québec.
      Pour la 3 Monts, je suis d’accord toi, c’est un bon produit et probablement ce qui se fait de mieux en rapport qualité-prix dans la grande distribution, un bon point en festival héhé.
      En tout cas si ce classement t’aide en quelque sorte pour ton « retour dans le jeu » ça me fait très plaisir !

Laisser un commentaire