Brasserie de Sulauze – Oaï

Cigales, oliviers, champs ensoleillés à perte de vue, forcément on ne pense pas direct à de la bière dans un tel cadre. Et pourtant c’est dans ce paysage bien provençal que deux amis de 20 ans ont décidé de lancer leur brasserie, il y a de ça deux ans à deux pas de Miramas.

Comme souvent, c’est dans un garage, pour eux et leurs amis que Julien et Guillaume ont commencé à brasser – près de 300 litres/an.  Mais victimes de leur succès et portés par l’envie de se lancer dans un projet commun, les deux amis décident d’investir dans une dépendance (bergerie) du domaine de Sulauze (domaine que Guillaume connaît bien étant donné qu’il y a travaillé).

teaserbox_25242707

Pour retaper une bergerie il faut mettre la main à la pâte, ce n’est pas gratuit et on ne parlera pas du montant à investir dans tout le matériel brassicole. Heureusement, le projet plaît dans le coin et tous les travaux d’isolation et de soudage des cuves seront réalisés avec l’aide des « locaux », des amis et de la famille.

Avant d’aller plus loin, il faut préciser que la démarche des deux brasseurs s’inscrit dans un esprit bio et biodynamie. Premier exemple, la cuve principale de 1200L est exclusivement chauffée … au feu de bois. Deuxième illustration, les locaux sont exclusivement isolés avec du chanvre et de la laine bio. Enfin, pour boucler la boucle, les restes d’orge et de blé nourriront les cochons et taureaux du domaine.

sulauze_inside

Quittons la phase D&CO pour parler de ce qui vous intéresse le plus, la bière (bande de petits soiffards). Les premières bières sont brassées avec de l’orge et du houblon du Nord et de Belgique, les malts quand à eux proviennent d’une petite malterie ardéchoise. Pas très biodynamique tout ça ? Détrompez-vous !

Pendant que les premières bières fermentent tranquillement, les deux compères en profitent pour passer la salopette d’agriculteur. Au total ce sont  trois hectares d’orge et de houblon qui sont cultivés sur place – le travail de maltage des céréales étant toujours assuré par la même petite malterie localisée en Ardèche.

Afin de pouvoir proposer des produits différents et uniques, une attention particulière a été portée sur les houblons avec pas moins de dix familles différentes cultivées sur place. Tous ces efforts permettent aux deux compères de proposer des bières 100% locales, brassées avec des ingrédients respectant le modèle de culture en biodynamie, et ceci dès la seconde année de production.

sulauze_champ

Dans le catalogue on trouve déjà 6 bières classiques : blonde – ipa – blanche – ambrée – brune – saison. La brasserie propose également deux bières en édition limitée, édition nommée In’pression, ayant pour but de faire découvrir des types moins communs : la Criollo amber ale (au cacao du Pérou) et une Rye IPA. Chaque étiquette est d’ailleurs réalisée en collaboration avec des artistes issus de tous univers (tatoueurs, graphistes, illustrateurs, photographes …). Au passage , on saluera le travail du graphiste qui a réalisé les étiquettes des « classiques ».

sulauze_gamme

Après cette (très) longue introduction, passons au concret, la dégustation ! Encore une fois, j’ai fait le choix de vous parler l’IPA nommée Oaï, déjà parce que j’aime ça, mais aussi parce que c’est la seule que j’ai trouvée sur la capitale (ici).

Les yeux :  Belle couleur cuivrée légèrement trouble avec une mousse qui tient bien, plutôt remarquable pour une IPA.

Le nez : Ça sent bon les agrumes et le houblon frais. On notera une belle présence d’arômes de fruits exotiques également.

La bouche : Attaque houblonnée plutôt légère avec une carbonation fine et agréable. On distingue ensuite des notes de fruits de la passion et un très agréable arôme d’abricot sec voire de pèche. Enfin, le houblon fait son comeback pour une fin de bouche plutôt longue et sèche mais finalement assez douce (aucune de trace de pin ici).

Cette Oaï est une vraie surprise et on a clairement affaire à une bière de qualité. Sa douceur fruitée mais sèche en fait un produit simple et complexe à la fois et l’eau de la Crau utilisée pour le brassage n’y serait pas étrangère (pour une fois qu’on peut dire du bien de la Crau…). C’est assurément une des premières bières sur laquelle je me jetterai sans hésiter un jour de grande chaleur. Bravo messieurs !

Fiche technique

Nom : Oaï
Brasserie : Brasserie de Sulauze
Pays : France
Région : PACA (Bouches-du-Rhône)
Type : IPA
Alcool : 5.5%
Site web : www.brasseriedesulauze.com

sulauze_oai

Photos issues du site de la brasserie de Sulauze

Laisser un commentaire